Une saison sur Boréa

 

Par Carine.

Chapitre XIX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Le rideau vert qui nous coupait du monde a disparu, je me laisse tomber sur le sable. Boris tire encore, transformant l'avant des nefs en métal en fusion. Encore des explosions, je distingue des formes flottant dans l’obscurité au-dessus de moi : Des hommes dans des scaphandres volants, sûrement les soldats les plus lourdement armés de l'empire. Le sol tremble, mes doigts endoloris ne sentent plus rien. Je tourne la tête, Boris tire toujours en direction des rangs de barbares qui courent dans notre direction. Le goût du sang dans ma bouche ?

  

  Je me redresse, mon ventre est rouge de mon sang, un petit trou au niveau de mon foie, d'où jaillit un flot vermillon.

  

  Pourquoi ?

  

  Je regarde vers le haut, des barbares tirent sur nous depuis le haut de la balustrade, balayant de leurs armes les corps attachés, sans défense sur la plage.

  

  

  Chapitre XX

  

  

  _ Boris ?

  Je suis assise dans un hélicoptère, il fait sombre.

  _ Salut ma belle.

  _ Boris !

  Je suis assise dans sa machine quantique, dans la cave de la maison de ses parents. Je touche mon ventre.

  _ Et non, tu n'es plus morte et ce n'est pas la même machine.

  _ Morte ?

  _ Tu ne te souviens de rien ?

  _ Je me souviens de tout, Alexis est mort et Piotr aussi. Et Jade, comment va Jade ?

  _ Jade va bien, elle n'a pas été touchée comme toi, tu as fait écran de ton corps pour la sauver.

  _ Ca je ne m'en souviens pas... mais Boris, tu es jeune !

  _ Toi aussi. Il fallait faire un choix et j'étais curieux aussi.

  _ Attends ? On est quand là ?

  

  Mercredi. Tu es encore en cours en fait, le grand voyage sera pour demain. Sors de là, je dois renvoyer cette machine dans une dimension d'attente.

  _ Qu'est ce que l'on va faire ?

  _ Tu peux te baigner dans la piscine si tu veux.

  _ Je ne peux pas rentrer chez moi ce soir ?

  _ Non... Moi non plus d'ailleurs. Je n'ai pas envie de voir son double temporel. Je suppose qu'il faut même l'éviter à cause des quanta.

  _ Attends, tout va trop vite là... Qu'est ce qui c'est passé là bas ?

  _ C'était la panique. J'ai mis l'Empereur et l'Impératrice en lieu sûr, j'ai rassemblé ma garde et commencer à préparer la contre-attaque et puis ils ont déployé un champ de force. C'était une erreur en fait, Contrairement à ce que tout le monde croit, c'est un dôme et non une sphère que déploie ce modèle de générateur. Ils suffisaient de nager sous la limite, la suite tu la connais.

  _ Ils sont tous morts ?

  _ Les barbares ? Non. Les roux deviennent des alphas, les blonds, des bêtas, les châtains, des gammas, les bruns, des deltas.

  _ Je parle de nos amis, de mon mari.

  _ Non, ton précieux mari n'est pas mort, il y a eu beaucoup de morts mais pas lui, Piotr non plus n'est pas mort. Si le cerveau n'est pas endommagé, il est possible de ranimer un mort pendant une dizaine d'heure.

  _ Et Alexandre ?

  _ Lui, il est mort, ta copine Dorine aussi d'ailleurs.

  

  Dorine n’était pas mon amie, pas vraiment mais qui s’en soucis ? C’était il y a des millions d’années après tout…

  

  

  Chapitre XXI

  

  

  J'ai quinze ans mais je n'ai plus peur. Je suis assise à l'arrière du bus avec Boris.

  Parfois je me dis que j'ai rêvé, évidemment. Mais au fond de moi, je sais bien ce que j'ai vu et ce que j'ai vécu.

  

  Boris m'assure que l'on ne peut pas retourner là bas. Je sais qu'il ment, Je sais qu'il attend de gagner en force pour y retourner et retrouver sa place parmi les princes de l'Empire de Boréa.

  

  En attendant, je dois réviser le dernier contrôle d'anglais de la semaine.

  

  

  Fin

  

  

 

 

 

Une saison sur Boréa Ch. XVIII  

Retour aux textes   Retour page d'accueil