Souvenirs de Sophie
L'école

Livre 2.

 

Par Fred Pody.

 

 

 

 

XII

Le défilé

 

Je ne pouvais pas me permettre, d'attendre plus longtemps. Le défilé avait commencé.

Ce bref repos m'était indispensable, mais bien insuffisant. Mon ventre me faisait mal, et j'avais la plus grande peine à respirer. La pression de mon corset était terrible. Il est douloureux de perdre 3cm en si peu de temps, quand on porte un corset déjà très serré.

Je sonnais, pour appeler Ninon. Il était plus que temps de me préparer. J'avais vraiment besoins de l'aide de Ninon. Avec ce corset, serré à l'extrême, il ne m'était pas possible de me changer sans aide. Je n'étais même pas parvenue à me lever, le moindre effort, me faisait presque m'évanouir.

Enfin Ninon entra, étonnée de voir cette machine sur roue dans mon salon. En me voyant ainsi corsetée, elle ne pu réprimer sa surprise.

- Ho Mademoiselle! Votre corset! Comment avez-vous pus... Qui vous a serrée ainsi ?

Je lui expliquais rapidement sans entrer dans les détails et sans parler de l'aide d'André.

- Mais c'est épouvantable! Il faut vite vous délacer. Vous allez vous faire mal. Madame a toujours interdit de se réduire la taille aussi rapidement.

- Non... Ninon! Aide-moi... à m'habiller... Il n'est... pas question... de me délacer... Cette... épreuve... à été... particulièrement dure,... mais j'ai... une taille... qui les rendra... verte... de jalousie...

Ouf! Plus de souffle, je fis signe à Ninon d'attendre un peu, en me tenant mon ventre douloureux.

- Rien... que pour... voir... leurs têtes,... je ne veux... pas me... délacer... d'un... millimètre!

- Ho Mademoiselle, comment allez vous tenir toute la soirée, Vous pouvez à peine dire un mot sans reprendre votre souffle.

- Ne... discute... pas... aide-moi. Pfff...

Ninon m'aida à me lever, mais ma tête tournait, je crus bien m'évanouir.

Je lui demandais de me soutenir, et de m'amener dans ma chambre. Mon corset m'épuisait, j'avais très envie de le desserrer, et de m'étendre sur le lit. Mais non! Il ne le fallait surtout pas.

Tenir encore, rester debout. Je me tenais au montant du lit, pendant que Ninon apportait mes jupons, et ma robe. Ninon s'empressa de m'enfiler mes trois jupons, et mon cache corset. Vint ensuite ma jupe, très étroite que Ninon eut quelques difficultés à bien mettre en place, en supprimant le moindre faux plis. Ensuite mon corsage, qui était devenus trop large. Ninon réussi à reprendre la taille, pas deux coutures de chaque coté, et rattraper ainsi le tissu en excès pour ma nouvelle taille. Il fallait ensuite, que Ninon me recoiffe. Mon chignon devait être parfaitement lisse, les cheveux bien tendus. Il lui fallut un quart d'heure pour faire la chasse aux mèches rebelles, pour une coiffure parfaite. Ninon dû utiliser une chaise, pour me coiffer, j'étais incapable de m'asseoir avec mon corset horriblement serré, et encore moins de me relever. Il me fallait rester debout, en bougeant le moins possible.

Encore quelques retouches sur ma robe, une robe bleue, un bleu sombre et chatoyant, avec bien sur, une longue traîne. Ma ceinture de soie bleue couleur d'éclair, marquait ma taille si durement corsetée, étroitement étranglée. Une taille à rendre verte de jalousie, toute l'école. J'espère bien rendre malade Coralie et sa bande. C'est cela qui me faisait endurer cette torture de mon pauvre ventre. C'est Coralie et Sandrine, qui m'ont imposées cette souffrance, et c'est elles qui en seront malade de jalousie et de dépit.

- Mademoiselle. Dit Ninon. Je vous propose de porter une ceinture spéciale, plutôt que la bleue. Seul, les demoiselles ayant une taille inférieure à 45cm ont le droit de la porter.

- Une ceinture spéciale? A quoi ressemble t-elle?

- C'est une ceinture métallique, couverte d'or, et avec le chiffre de votre taille. Elle est gravée d'un motif de laurier et pour vous, le chiffre 43 qui sera ainsi votre tour de taille officielle. Ces ceintures ne sont pas ajustables, et seul une dame ayant 43cm maximums, peut porter cette ceinture.

- C'est une bonne idée. Ainsi, personne ne pourra contester mon tour de taille.

Mais pour que ce rêve s'accomplisse, il ne fallait surtout pas m'évanouir. Tenir encore quelques heures, le temps de descendre dans la salle de bal, de faire mon défilé, vite... les défilés avaient commencés depuis longtemps. Le groupe M.L.C. passait en dernier, mais se sera très juste.

Ninon me voyant aussi pâle, et aussi faible, m'accompagnant en dehors de mes appartements.

- Mademoiselle. Me dit-elle. Vous être trop faible pour descendre tous ces escaliers. Je vais vous faire passer par le monte-charge.

- De quoi parle-tu?

- Vous ne le connaissez pas, parce que ce monte-charge est réservé au personnel, c'est par ce moyen, que l'on vous apporte vos multiples goûters, depuis les cuisines au sous-sol, jusqu'à la salle Léoty au deuxième.

- Je ne savais pas qu'il y avait un engin de cette sorte. Mais est-il assez grand pour une personne?

- Ho oui, ce n'est pas un monte-plats, mais une cabine, pouvant accueillir un grand chariot et deux ou trois personnes.

Je repensait à cette horrible engin sur roues, dans le quel, elles m’avaient enfermée, m’obligeant à me broyer la taille pour en sortir. C’est sûrement par ce monte-charge, qu’elles avaient fait venir cet engin. Cela supposait des complicités parmi le personnel. Mais qui ?

Ont traversaient le couloir de l'aile nord. Des ouvertures donnaient sur la salle de bal, des ouvertures fermées seulement par un rideau. J'entendis une dame faire une annonce à haute voie.

- Mesdames! Vous venez de voir et d'apprécier le passage de Mademoiselle Solange du groupe M.L.C. " Magnifique, Lumineuse et Charmante" Mademoiselle Solange fait quarante neuf centimètres de taille. Nous allons maintenant avoir le plaisir de voir la prestation de Mademoiselle Gwendoline, également du groupe M.L.C. Mademoiselle Gwendoline fait-elle, seulement quarante sept centimètres de taille.

Vite Vite !

- Ninon, je t'en prie Vite, je vais rater mon entrée.

Oui Mademoiselle, le monte-charge est là, entrez, je vais le faire descendre.

Et la dame continuait son commentaire.

- Mesdames, vous remarquerez l'élégance de la démarche de Mademoiselle Gwendoline, ainsi que le merveilleux choix des robes du groupe.

Le monte-charge descendait à une allure d'escargot. Enfin arrivée au rez-de-chaussée, je sortais dans la salle à manger derrière la salle de bal. Je me sentais d'une faiblesse extrême. Ninon devait me soutenir. Comment vais-je faire pour défiler sans m'écrouler après quelque pas ? Reprendre un peu de souffle, je m'appuyais contre le mur, près de la porte donnant sur la salle de bal. J'avais des sueurs froides, je devais être blanche, à bout de souffle, épuisée par mon terrible corset, mon épouvantable corset, et son atroce serrage.

La dame, dans la salle de bal continuait.

Vous pouvez applaudir Mademoiselle Gwendoline pour son défilé impeccable. Sachez, Mesdames, que ce groupe n'est constitué que de trois jeunes filles, Mais... un moment. Mesdames, Mademoiselle Sophie ne s'est pas présentée au concours. On vient de me donner les résultats que je vais avoir l'honneur de vous donner. En quatrième position avec une moyenne des tours de taille de 52cm, le groupe S.P. "La Société Parisienne" ensuite avec 48cm de tour de taille, le groupe M.L.C. "Magnifique, Lumineuse et Charmante" en deuxième position, avec 47,6cm, le groupe A.D.I. "L'Association des Indépendantes" et... en première place... avec seulement 46,8cm, le groupe C4P "Club des 4 Parisiennes" Bravos au groupe C4P avec une mention particulière pour la merveilleuse et minuscule taille de Mademoiselle Coralie et ces 46cm, record de toute l'école! Un grand bravo à Mademoiselle Coralie et son groupe.

Non c'est impossible, je dois me reprendre.

- Ninon! Ouvre la porte!

Ninon ouvrit les deux battants de la grande porte, donnant sur la salle. J'entrais avec une extrême lenteur, et m'approchait des quelques marches montant vers le podium. Mes bras croisés sur ma taille, la cachant. Une jeune femme s'approcha, et me demanda

- Mademoiselle Sophie?

- Oui.

- Excusez-moi, je dois noter votre nom sur mon registre et noter votre tout de taille.

- Faite, je vous prie.

Elle entoura ma taille durement corsetée, et nota sur son carnet la mesure.

- Ho Mademoiselle 43cm Je dois refaire la mesure avec un autre mètre ruban, ce n'est pas possible.

Elle refit la mesure.

- Mademoiselle, c'est à peine croyable, Vous êtes... votre taille... c'est merveilleux

Elle m'aida à monter les trois marches, avec beaucoup de douceur, respectant mon extrême lenteur. La salle était silencieuse. J'avançais en suivant un cercle de sorte à faire face à la salle. La dame m'annonça hésitante.

- Mademoiselle Sophie... du groupe... M.L.C.

Alors et avec une extrême lenteur, je m'avançais, droite, le regard très haut, avec d'infinies précautions.

Après quelques pas, quelques minuscules petits pas, je décroisais mes bras, les écartant, et montrant ainsi l'extrême étroitesse de ma taille, douloureusement corsetée. Il y eut des exclamations de surprise, des "hoo" discrets. Très vite le silence de nouveau. J'avançais à tout petits pas, chacun pouvait me détailler, me regarder sous toutes les coutures, autant qu'ils le voulaient. Ma lenteur était tel, qu'il me fallut bien 10 minutes pour parcourir un peu plus de dix mètres. Mon demi-tour, fut parfait. Lent mais élégant et parfait. Je gardais la tête haute, ne voyant ainsi personne. Toute ma concentration tendue vers ma marche élégante et ma respiration, péniblement limitée, par mon corset beaucoup trop serré. Il me fallut encore du temps, encore et encore pour enfin revenir au point de départ. Là, je fit un deuxième demi-tour, et par bravade, je fit une petite révérence, fléchissant un peu les genoux, le buste parfaitement droit, rigide, et je réussis un sourire, malgré la douleur que mon corset m'infligeait durant ce petit extra. Des applaudissements ! Les premiers de la soirée, des applaudissements doux, fait par des mains gantées et délicates, mais des applaudissements qui m'aidaient à supporter mon terrible corset.

Je descendis les trois marches du podium, Solange et Gwendoline m'attendaient, souriantes, et étonnées de me voir ainsi corsetée. Moi aussi, je leur souriais, mes craintes dissipées, la bande de Coralie, n'avait pas réussi dans leur horrible projet de faire gonfler le ventre de mes deux amies, pour ruiner leur long entraînement, au port du corset lacé très serré.

La dame, "maître de cérémonie", annonça:

- Mesdames! Nous venons de vivre un merveilleux suspense. Nous devons refaire les calculs pour le nouveau classement. Mais dès à présent, je peux vous annoncer le nouveau nom de la reine de la soirée. J'appelle Mademoiselle Sophie, qui passe en tête des tailles les plus fines de l'école, avec le chiffre record de quarante trois centimètres de tour de taille. Je vous demande d'applaudir chaleureusement Mademoiselle Sophie et sa taille minuscule de seulement 43cm! Bravo Sophie !

Je remontais sur la scène, avec un peu moins de lenteur, les applaudissements étaient une aide précieuse pour supporter un corset aussi étroitement lacé. Je réussis même à rééditer mon exploit de saluer en faisant une révérence, les genoux fléchis, le buste légèrement penché en avant, mon corset me limitant très strictement mon faible mouvement. Je redescendis de nouveau après un demi-tour, tout en élégance, pour rejoindre mes deux tendres amies. Il était temps, elles durent m'aider. J'étais épuisée, je me sentais faible, au bord de l'évanouissement. Ninon accourut avec des sels, et un éventail. Les sels me firent sursauter par leur odeur âcre. L'éventail me fut d'un plus grand secours, ainsi que les bras de mes amies, qui me soutenaient.

- Merci... je... dois vous... expli... quer...

- Plus tard. Dit Solange. Ne parle pas maintenant. Tu as toute notre confiance, ont t'aime très fort. Ce soir après le bal, si tu le veux, tu nous raconteras.

La dame, "maître de cérémonie" était revenue, et annonça:

- Mesdames! Nous avons eu une soirée pleine de surprises. La merveilleuse prestation de Mademoiselle Sophie, a complètement modifié le classement des groupes. Le classement définitif est le suivant: En dernier! Pas de modification, avec une moyenne des tours de taille de 52cm, le groupe S.P. "La Société Parisienne" En troisième position! Avec 47,6cm, le groupe A.D.I. "L'Association des Indépendantes" En deuxième position! Avec 46,8cm, le groupe C4P "Club des 4 Parisiennes" Et enfin! En tête, avec 46,33cm, grâce à la taille incroyablement étroite de Mademoiselle Sophie. Une taille de seulement 43cm! Le groupe M.L.C. "Magnifique, Lumineuse et Charmante" Bravo au groupe M.L.C.

Ont remonta sur le podium, en se tenant par la main. J'étais entre Solange et Gwendoline, qui pouvaient ainsi parer à un éventuel malaise, à cause de mon corset. Maudit corset qui m'affaiblit et merveilleux corset qui me soutient, et me fait une silhouette fantastique.

Le bal pouvait commencer.

J'étais devenue l'attraction de la soirée, Gwendoline était fascinée par ma taille, elle qui ne voulait pas porter de corset. Pourtant, ma nouvelle silhouette l'hypnotisait. Solange était plutôt inquiète pour moi, elle me le disait par de multiple attention à mon égard. Aurore et Evelyne vinrent me voir, me féliciter, et admirer ma véritable taille de guêpe. Isabelle me regardait sans pouvoir dire un mot, et Ludivine me demanda si elle pouvait me tenir la taille dans ces mains.

- Tu es hou! Terrible avec ton corset. Me dit Ludivine, en me caressant la taille. Comme c'est dur, on sent les baleines, c'est incroyable la sensation de tenir dans ces mains, une taille aussi petite.

Alice, Betty, Christelle et Claudia, me regardaient avec envie, mais sans essayer de me parler, quant au groupe du "Club des 4 Parisiennes", je ne les voyais nul par.

Mes trois marraines s'approchèrent, Florence en tête, suivie de Delphine qui me souriait ainsi que de Caroline.

- Mademoiselle Sophie! Dit Florence qui ne pouvait s'empêcher de me sourire. Vous avez gravement enfreint les recommandations de la Corsetière de l'école! Mademoiselle Delphine devra vous punir de vous être lacée à une taille qui ne vous a pas été autorisée !... Viens ma chérie, dans mes bras, je suis très fière de toi. Tu es vraiment douée pour te modeler la taille. Viens que je t'embrasse.

Et Florence me pris dans ces bras, une main sur ma taille tellement étroite, l'autre sur ma nuque, elle me serra contre elle très tendrement.

Caroline et Delphine, vinrent m'embrasser, chacune sur une joue.

- Tu me raconteras tout. Me dit Delphine. Tu as perdu 3cm en une après midi. Connaissant les effets des corsets très serrés, tu as dû y être obligée et forcément aidée. Je sais qu'il est impossible de faire cela seul. Pas avec un corset déjà aussi serré que le tien.

- Oui Sophie, quelqu'un ma aidée, et je ne pouvais pas faire autrement. Je t'expliquerais, ont a essayé de m'évincer de la soirée.

- Bravos ma tendre Sophie. Me dit Caroline. Je sais aussi l'effet d'un corset serré au maximum. Je n'aurais pas pus me réduire la taille aussi vite, aussi fortement. Cela doit être difficile à supporter.

- Oui, c'est très dur, je suis en permanence au bord de l'évanouissement. Je tiens à peine debout, et je sens, que si je m'assois, je ne pourrais pas me relever.

Une dame en robe bleue sombre, s'approcha.

- Mademoiselle. Vous nous avez fais vivre un suspens inattendu. Votre silhouette est une merveille.

Cette dame était encore très belle, avec une taille visiblement corsetée. Elle poursuivit

- J'ai également suivit des cours pour jeune fille du monde, il y a bien longtemps. Dans une autre école, mais une école ou le maintien était étudié avec beaucoup de sérieux. Nous avions également beaucoup d'exercices, très divers. J'ai félicité votre directrice de maintenir la tradition des écoles spéciales, pour jeune fille. Vous en être une ambassadrice tout à fait convaincante.

- Merci Madame, vos compliments me touchent beaucoup. Je suis curieuse de savoir comment était votre école.

- Je vous raconterais tous cela, ma chère. Voulez vous m'accompagner sur la piste, j'aimerais danser avec vous.

L'orchestre jouait une valse lente, qui me convenait. Elle fut une cavalière délicieuse, me conduisant avec légèreté et grâce. La valse était très lente, heureusement, car mon corset ne n'aurait pas permit des mouvements plus rapides. Heureusement que cette dame me soutenait, me portait presque.

- Je sais ce que c'est qu'un corset beaucoup trop serré. Me dit-elle dans l'oreille. Venez, vous danser merveilleusement, mais je vous sens à bout de force. Je ne veux pas que vous ayez un malaise par ma faute. Et moi aussi, je dois me ménager. Ne croyez pas que vous êtes la seule à avoir trop serré votre corset ce soir.

On discuta longuement de son époque, de son école quand elle avait 16ans, de sa révolte contre les surveillantes qui l'obligeaient à se corseter en permanence.

- Nous aussi, nous devons le porter jour et nuit. Mais en plus, Delphine la corsetière de l'école expérimente sur moi, de nouvelle méthode plus efficace, mais aussi plus pénible pour se réduire la taille.

Une autre dame s'était approchée, et pris part à la conversation.

- Ces écoles. Dit-elle. Sont vraiment indispensables pour les jeunes filles des belles-familles. Une éducation plus libre, plus intellectuelle, associée à des cours de maintien, et d'entraînement pour un corps parfait. Comme le disait une de mes grandes amies, "Un esprit libre et cultivé dans un corps parfait et bien modelé!"

- Vous avez parfaitement raison dit une dame assez forte. La discipline par la contrainte est très efficace sur les jeunes gens. De plus, je pense que les jeunes filles ne devraient pas être les seules à être éduquées par le corset et les cours de maintiens.

- Que voulez vous dire madame?

- Je pense que la discipline du corset et des entraves, associée à une éducation du maintien et de la grâce, devrait être appliquée aux jeunes filles bien sur, mais aussi aux jeunes hommes de bonnes familles. Ce qui est bon pour nos filles, est sûrement bon pour des jeunes hommes turbulents.

- Dans mon école, il y a longtemps il est vrai, il y a eu un pensionnaire un peu particulier, qui n'était pas une fille et la devise était: "Modeler le corps pour modeler l'esprit" Cette devise fut appliquée dans toute sa rigueur, pour lui comme pour les autres

- Modeler le corps physique, soit, mais qu'elle horreur cette idée de modeler l'esprit.

Je repris

- C'est vrai. Mais ici, si ont modèle le corps, par compensation ont nous apprend la liberté de pensée.

- L'instruction est indispensable aux filles, dit Caroline. La beauté, l'élégance, doit nous permettre d'acquérir avec notre intelligence la liberté de faire et d'être.

- Intelligente, libre et élégante! Quel bel ensemble !

- Contraindre le corps et libérer l'esprit: Beau programme.

Delphine s'approcha de notre réunion.

- Mesdames, je dois vous enlever Sophie. Madame la directrice la réclame.

Je suivis Delphine.

- Florence veut savoir qui t'a aidé à te serrer ainsi.

- Pourquoi? Il me semblait qu'elle était fière de moi.

- Oui, mais il s'est passé un évènement.

Florence nous attendait.

- Florence! Dis-je. Que se passe t-il?

- Un problème. Des surveillantes ont arrêtées un vagabond dans le château. Il dit s'appeler André et prétend te connaître.

- Oui Florence. C'est lui qui m'a aidé, à serrer mon corset, mais ce n'est pas de sa faute...

- Bien. Je pensais appeler les gendarmes, mais si tu le connais, nous déciderons de son cas demain. En attendant, je l'ai fais enfermer dans une cellule, au sous-sol. Il est tard, je pense que tu devrais aller te coucher. Il me semble que tu auras besoin de repos.

- Ho oui! Je suis épuisée, heureuse, mais épuisée. Il est temps de me desserrer, je n'en peux plus.

- Sophie! Me dit Florence. Je pense que tu as oublié un détail du règlement intérieur. Tu fais officiellement 43cm de tour de taille. Félicitation pour la finesse de ta taille. A partir de ce jour, tu devras donc faire 43cm tous les soirs, et toutes les nuits. Maintenant, tu as droit à 45cm le matin, 44cm l'après midi et 43cm le soir et la nuit!

- Mais... Ho non... Hoo je ne pourrais pas... Florence! Je t'en prie...

Delphine m'entraîna vers ma chambre.

- Je suis désolée, mais ton corset de nuit devra être réglé à 43cm. Viens, courage. Florence va t'accorder trois jours de repos, que tu puisses t'acclimater à ton nouveau tour de taille.

A suivre...

 

 

Souvenirs de Sophie,Livre 2, Chapitre XI   Souvenirs de Sophie,Livre 2, Chapitre XIII  

Retour aux textes   Retour page d'accueil